Sélection du message

« Contact avec des Mantes Religieuses Stellaires » avec Elisabeth de Cal...

Des témoignages recueillis, et une synthèse proposée par Élisabeth de Caligny, un sujet tabou, soit on fuit ou on dénigre, et il s&#...

Affichage des articles dont le libellé est Energie nouvelles technologies. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Energie nouvelles technologies. Afficher tous les articles

25 septembre 2014

La voiture à air comprimé est française et sortira en 2015 : la AirPod - une vrai révolution !

Guy Nègre est le concepteur Français de la voiture à air comprimé. C’est une vraie solution alternative de mobilité sans pollution !
Cela fait  presque 20 ans que Guy Nègre étudie le concept de voiture à air comprimé. Devant la plus que fraîcheur des industriels français de l'automobile dont il est pourtant issu en tant qu'ingénieur, et devant l'ignorance des différents gouvernements et municipalités de droite comme de gauche qui ont poliment boudés les appels aux investissements de la société MDI SA basée à Nice, tout comme l'ensemble du système bancaire, il décide dès 2002 de ne plus communiquer avec qui que ce soit et de ... travailler dur sur son projet.

Devant tant d'indifférence  et de contrôle fiscaux inexplicables et à répétition, Guy Nègre à décidé de s'exporter au Luxembourg, et de vendre son concept au géant indien Tata motors, propriétaire aussi de Jaguar et de Rover, ainsi qu'a des investisseurs du monde entier, qui vont fabriquer leur "propre véhicule", le mot n'est pas trop fort. 
Tata Motors devrait sortir son premier véhicule en 2015, tout comme la AirPod de  MDI SA la Sté de Guy Nègre, le véhicule est homologué et roule déjà sur les routes françaises.


28 juillet 2014

Une supercar électrique qui fonctionne... avec de l'eau salée !

Qui peut le plus peut le moins...si  Tesla-Motors est capable de fabriquer des voitures totalement électriques, qui roulent à 345 kms/heures, on arrivera bien à faire des moteurs électriques qui roulent à 90 kms heures moins cher, avec une longue autonomie. 
Tesla-motors fabrique déjà une berline 5 places totalement électrique avec une autonomie de 500 kms à un coût de  45 000 €. Nul doute que l'on peut dès maintenant fabriquer des automobiles moins chères et performantes... mais ce que Tesla-motors ne peut résoudre, c'est qui va payer le manque à gagner des taxes sur les carburants ? C'est sans doute la raison de la frilosité des grandes marques à sortir une voiture performante totalement électrique. C.R


Elle est belle, elle est rapide et elle est surtout très innovante. Revue de détail de la prochaine supercar électrique.

Voilà un véhicule électrique qui ne laisse pas indifférent. Qu'ils soient esthétiques ou technologiques, les superlatifs fusent et font de la Quant e-Sportlimousine une voiture hors norme.

Il y a d'abord son design élégant et racé, magnifié par des superbes portes en élytre. Il y a ensuite ses performances dignes d'une supercar (345 km/h en pointe et 2.9 s au 100 m départ arrêté). Mais c'est surtout par sa technologie de production d'énergie qu'elle se distingue de toutes les autres. 


Car son système de propulsion, baptisé Nanoflowcell (voir plus bas), fonctionne à l'eau salée ! 
La voiture est équipée de deux réservoirs d'électrolyte liquide qui passent à travers une membrane spécialement conçue, ce qui génère un courant et alimente les puissants moteurs électriques de la voiture, pour une puissance totale de 920 ch. Lorsqu'ils se rencontrent au niveau de la membrane, ils produisent alors une réaction chimique qui induit un courant électrique.
 
Un carburant à base d'eau salée !


16 février 2014

Pr konstantin Meyl : La lumière et les ondes scalaires




extrait " le bon usage des ondes longitudinales - scalaires, quelqu'en soit la vitesse, créées par un appareil ou bien par la pensée, est un bon moyen – simple et efficace - d'apporter de la lumière et donc de l'énergie aux tissus et aux organes d'une personne malade. "

23 juin 2013

La guerre de la Fusion froide



Les pères de la fusion froide sont les Prs Martin Fleischmann - l'Anglais - et Stanley Pons - l'Américain - tous deux électro-chimistes de renommée mondiale.
Qu'on se souvienne. C'était le 23 mars 1989. Branle-bas de combat à l'université de l'Utah. A 13 heures tapantes, le vice-président, le Dr James J. Brophy, réunit la presse. Pour une révélation de taille. Deux chercheurs de réputation internationale affirment être parvenus à domestiquer le feu des étoiles, en réussissant à faire fusionner en éprouvette des noyaux d'atomes et à produire beaucoup de chaleur. Un bouleversement technologique en gestation dans un monde dévoreur d'énergie. Un enjeu planétaire: celui de l'indépendance énergétique à bon compte. Là où des équipes entières et de coûteuses machines ont jusqu'à présent échoué, deux scientifiques d'un laboratoire modeste auraient réussi? Etonnement général. "Nous aussi, nous étions sceptiques, commente Martin Fleischmann, avec un accent qui dissimule mal ses origines tchécoslovaques. Nous ne voulions pas faire connaître nos résultats: il était trop tôt. Mais la direction de l'université où Stanley était directeur du département de chimie a insisté pour que nous parlions."


8 juin 2013

Pégase, l’âne solaire qui sillonne la campagne de Macédoine


Initiative insolite imaginée par deux artistes originaires de Lille, Philémon et Arnaud Verley, le projet Pégase met en scène un âne chargé d’un bât photovoltaïque parcourant la campagne macédonienne.

9 mars 2013

Nigeria : Des collégiennes inventent un générateur électrique qui carbure à l’urine


Duro-Aina Adebola, Akindele Abiola, Faleke Oluwatoyin et Bello Eniola ont toutes les quatre entre 14 et 15 ans et ont inventé un générateur électrique fonctionnant à l’urine.

18 février 2013

PAUL HELLYER : Les E.T ont donnés leur technologie aux USA




 Paul Hellyer, ancien vice-premier ministre du Canada

En mars 2012, Paul Hellyer, ancien vice-premier ministre du Canada et ancien ministre de la Défense canadienne parle de l’énergie du vide (zero point energy) – la solution à la totalité des problèmes du monde. (en anglais)
Traduction française de la vidéo reçue de Milna

10 février 2013

Peugeot : le moteur hybride à air comprimé sera sur le marché en 2016


Peugeot a réuni 100 décideurs économiques et politiques, partenaires et journalistes, pour son Automotive Design Network (ADN) au Centre de "R&D" du groupe à Vélizy. 

Au cours de cette journée, les invités ont pu découvrir plusieurs technologies inédites développées par le constructeur et destinées à répondre aux enjeux de la voiture de demain. 
Parmi ses nombreuses innovations, le constructeur a fait sensation avec son 'Hybrid Air'...

Un véhicule respectueux de l'environnement

15 janvier 2013

Celui qui croit au hasard et à la gravitation n' a jamais regardé l'univers


La galaxie d'Andromède (M31) avec deux satellites. Photo : Adam Evans/Wikipedia
La galaxie d’Andromède (M31) avec deux satellites. Photo : Adam Evans/Wikipedia

Petit à petit la Communauté scientifique se rend compte que les modèles qu’elle enseigne ne rendent pas compte de la réalité, et se rapproche de plus en plus des conceptions déposées à l’Académie des Sciences de Paris en 1955 par Léon Raoul Hatem (mais si vous demandez à les consulter, on vous dira qu’il n’y a rien).



11 janvier 2013

Parasonic produit de l'électricité avec de l'eau chaude/eau froide

Des tuyaux pour générer de l’électricité avec de l’eau chaude

 
300x234xtuyaux-generer-electricite-eau-chaude-300x234.jpg.p.jpg
  Si l’électricité est une denrée quasi « naturelle » pour nous qui vivons dans un pays développé, l’augmentation constante de son prix incite à l’économiser autant que faire se peut. Tous les moyens sont donc bons pour réduire la facture. Profiter de l’eau chaude pour en générer permettrait de grosses économies. 

Panasonic a mis au point des tuyaux capables de créer de l’électricité en tirant bénéfice de l’eau chaude qui y circule. Grâce à quatre tuyaux de dix centimètres chacun, en utilisant les différences de température entre l’eau chaude et l’eau froide (qui circule en parallèle), le système est capable de produire trois à quatre fois plus d’électricité que les précédentes tentatives.


29 décembre 2012

La voiture à air comprimé, concept Français, sera construite... en INDE

La voiture à air comprimé débarque en Inde





Le concept est français, mais c’est en Inde que la voiture à air comprimé fera bientôt son apparition grâce à l’accord signé il y a quelques mois entre le holding MDI et le constructeur indien Tata.




13 novembre 2012

Julien S. à construit un réacteur nucléaire à fusion froide dans son appartement

La fusion nucléaire dans un appartement


Julien S., 24 ans, vient de terminer la fabrication artisanale d’un réacteur nucléaire à fusion « froide » (à température ambiante) pour produire de l’énergie. Il veut, maintenant, convaincre la communauté scientifique.

C’est en glanant des informations sur le Web que Julien S., 24 ans, s’est formé à la fusion froide. À savoir une branche de la recherche nucléaire négligée par la communauté scientifique qui n’y voit que charlatanerie. Principe : obliger deux noyaux atomiques à fusionner à température ambiante plutôt qu’à 150 000 000°C (à l’instar des expériences pratiquées à Cadarache dans le cadre du projet ITER). Le tout dans le but de produire une gigantesque énergie avec une faible quantité d’électricité en entrée… « Demain, on rase gratis », ironise un chercheur du CNRS spécialiste de l’atome, qui préfère rester anonyme. Pourtant, dans une partie de son appartement transformé en laboratoire, Julien assure avoir fabriqué une centrale nucléaire miniature, calquée sur ce principe. « La fusion froide fonctionne ! En voici la preuve », s’exclame l’autodidacte. D’un air convaincu, il enclenche un interrupteur. Dans un vrombissement, la réaction démarre

Intense lumière blanche. Sur la table, un assemblage de fils et de tuyaux renferme un tube à essai. À l’intérieur, de l’eau enrichie en oxyde de deutérium, un dérivé de l’hydrogène, se met à bouillir« Le récipient est chauffé par le courant électrique domestique », explique Julien S. d’une voix forte afin de couvrir le bruit assourdissant de l’appareil. « J’injecte l’électricité dans le liquide via une électrode en tungstène composée à 2% de Thorium 230 [Une matière radioactive, NDLR]. J’ai acheté ce matériel… sur eBay ! » Rapidement, une boule de feu apparaît dans le contenant. Puis elle se double d’une intense lumière blanche. « La structure atomique du Thorium piège les atomes de deutérium qui s’agitent sous l’effet de l’électricité. Ne pouvant s’échapper, ils fusionnent. » Soudain, la lumière blanche redouble d’intensité tandis que le liquide en ébullition lâche une gerbe d’éclaboussure. « Voilà la fusion froide ! »s’égosille le scientifique.


Le laboratoire artisanal du chercheur en fusion froide. ©TCA-innov24
Production inexpliquée de chaleur. Au risque de s’ébouillanter, Julien plonge un thermomètre dans le tube à essai. Résultat : 108°C. Rien de très impressionnant? Pourtant, à l’intérieur du récipient, le Thorium se met à crépiter et commence à fondre. Signe que sa température interne vient de dépasser 1 750°C ! « Avec le peu d’électricité que j’injecte [125 Watts, NDLR], il est théoriquement impossible de produire autant de chaleur », indique le jeune chercheur. « La réaction n’est donc pas uniquement électrique. » Selon lui, elle n’est pas non plus purement chimique. Reste l’explication nucléaire. « C’est la fusion des atomes de deutérium qui génère cette énergie supplémentaire. » Pour le prouver, le chercheur autodidacte manque de moyens. Mais plus pour longtemps : le laboratoire d’une grande école d’ingénieur se serait engagé à lui ouvrir ses portes une fois par semaine. Là, Julien pourra tenter de valider ses conclusions. Une affaire à suivre qui pourrait faire soit « Pschitt » soit « Boum » !


Un système 10 fois plus puissant en vue « La fusion froide n’est jamais qu’une astuce pour piéger deux atomes et les obliger à fusionner », estime Julien S. Le jeune chercheur « bricole » actuellement un transformateur. Le dispositif vise à récupérer la vapeur d’eau issue de la forte chaleur produite par sa réaction. Objectif : faire tourner une turbine afin de produire de l’électricité. « On revient à la vapeur », s’amuse-t-il. Prochaine étape, multiplier par 10 la puissance actuelle de son installation. « Je compte alimenter ainsi tout l’électroménager de mon habitation. »




Source et Diaporama du laboratoire sur inov24com

8 novembre 2012

Moteur magnétique à énergie libre

Qu'est ce qu'un moteur magnétique à énergie libre ?

C'est un moteur qui fonctionne avec l'électro-magnétisme qui est présent partout dans l'air, comme pour une dynamo, sauf que là, le moteur s'auto génère en énergie, c'est à dire qu'il ne consomme pas plus qu'il ne produit, voir produit plus qu'il ne consomme. Pas de branchement, ni batterie, c'est la solution miracle, défendue par le célèbre savant américain Nicola Tesla (lien wilkipédia) au début du 20 ème siècle.

Démonstration à l'université technologique de Delft aux Pays-Bas, par son inventeur d'origine turque, M Yldiz Muammer, qui démonte son moteur devant un comité universitaire.



2 octobre 2012

Une jeune chercheuse Egyptienne dépose un brevet de moteur sans carburant

Une adolescente et physicienne en herbe nommée Mustafa Aïcha aurait récemment déposé un brevet concernant un nouveau système de propulsion destiné aux vaisseaux spatiaux qui ne nécessiterait pas l’utilisation de carburant pour fonctionner.
Basé sur une des facettes les plus mystérieuses de la physique quantique et plus précisément la théorie quantique des champs qui stipule que le vide de l’espace ne serait pas véritablement, Aïcha M. estime qu’il serait possible de recourir à l’utilisation des particules et antiparticules existant durant un laps de temps extrêmement court pour propulser des engins spatiaux dans l’espace en utilisant très peu voire aucun carburant.
L’exploitation de ces particules se ferait via ce que l’on appelle l’effet dynamique de Casimir dont les fluctuations quantiques du vide généreraient une force attractive entre deux plaques de silicium parallèles permettant la traction ou la poussée d’un vaisseau.
Bien que son système de propulsion nécessite encore beaucoup de recherches, l’EGYNews affirme avoir déjà breveté son invention en février dernier.


1 octobre 2012

Un physicien en colère parle d’énergie libre

     



Un physicien en colère tenait à rendre publique ce qu’il pense du monde scientifique d’aujourd’hui dans un texte qu’il a écrit lui-même. Il y parle d’énergie libre interdite et de l’escroquerie du système actuel. Il donne des liens très intéressants. Il a choisit le média alternatif et philosophique Wikistrike pour s’exprimer. Nous tenions ici à le remercier. Ce texte est important, car voilà enfin un scientifique qui ose rompre le silence. Vive la démocratie et l'énergie libre ! 

Le savoir et la technologie comme base d’une civilisation contre la puissance des lobbys sur la recherche scientifique, voilà ce qu’il faut chercher ; ouvrons la boîte de Pandore, et mettons un terme à l’hégémonie du nucléaire, du pétrole et de toutes les autres ressources fossiles pour échapper à leurs conséquences dévastatrices sur notre environnement, notre TERRE.

10 juin 2012

Eole Water

Eole Water est l’inventeur de la première éolienne de production d’eau potable par condensation de l’air.
Aujourd’hui, 150 millions de personnes dans le monde vivent sans accès à l’eau potable en zones isolées.
La vocation d’Eole Water est d’apporter de l’eau potable pour ces collectivités isolées.

28 janvier 2012

Des bactéries qui produisent de l’électricité en dépolluant l’eau

Des chercheurs français travaillent actuellement sur des bactéries capables de produire de l’électricité simplement en se nourrissant de plantes vertes. Mieux encore, l’électricité pourrait être générée en dépolluant des eaux usées.

Produire de l’électricité grâce à des bactéries tout en dépolluant des eaux usées est aujourd’hui possible ont révélé des chercheurs de l’université de Rennes. Si l’expérience n’a pour elle été effectuée qu’à petite échelle, l’idée de la pile à combustible bactérienne (ou MTC pour Microbial Fuel Cell) a désormais pris forme.

Le principe de la pile reste identique : l’électricité est générée grâce à un élément réducteur (l’hydrogène) qui oxyde l’une des électrodes, tandis qu’un oxydant (l’oxygène le plus souvent) est réduit sur l’autre électrode. La réaction d’oxydoréduction est alors catalysée. La réaction est donc l’inverse d’une électrolyse : la pile consomme de l’hydrogène et de l’oxygène et rejette de l’eau.