Sélection du message

Le pardon et les jeux de rôle bourreau/victime

Pardonner, n'est ce pas là le plus beau cadeau que l'on puisse offrir à l'autre et à sois pour avancer dans c...

Affichage des articles dont le libellé est Laszlo Ervin. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Laszlo Ervin. Afficher tous les articles

16 juin 2013

Ervin Laszlo Une nouvelle façon de penser émerge !


Ervin Laszlo : Vers une nouvelle vision du monde

A partir des évolutions scientifiques contemporaines, et en particulier des découvertes en physique quantique, le philosophe Ervin Laszlo a élaboré une nouvelle vision du monde. L’individu n’est plus « maître et possesseur de la nature », mais retrouve une cohérence avec son environnement.
Qu’est-ce que la physique quantique a apporté à votre compréhension du monde ?
Ervin Laszlo : Ervin Laszlo : Un niveau plus profond de réalité. En physique classique, il y a des atomes qui bougent, qui sont en relation les uns avec les autres, mais il n’y a pas cette profondeur. Or, sous l’espace-temps newtonien se passent des choses qui sont le fondement de ce qui se passe au-dessus. Aujourd’hui, on sait qu’on ne sait pas ce que c’est, et on cherche à comprendre. L’un des aspects les plus remarquables de ce niveau profond de réalité, c’est la connexion universelle, le fait que toutes les choses soient en rapport direct et instantané avec toutes les autres. Il n’y a pas de séparation absolue, de phénomène purement local. Toutes les choses sont liées entre elles, à un niveau profond. C’est une vision du monde qui diffère fondamentalement de celle de la causalité newtonienne.

Ervin Laszlo

Venez voguer avec moi sur un étang paisible, aux rivages embrumés, mais à la surface lisse. 
Nous sommes des vaisseaux sur cet étang et ne faisons qu'un avec lui.


Un léger sillage s'étale derrière nous, qui se déplace sur l'eau embrumée, ses subtiles ondes enregistrent notre passage.

Votre sillage et le mien fusionnent. Ils forment un motif qui reflète votre mouvement ainsi que le mien.
Alors que d'autres vaisseaux, qui sont aussi nous, voguent sur l'étang, qui est aussi nous, leurs ondes coupent les nôtres. 
La surface de l'étang s'anime, vague après vague, ride après ride, mémoires de notre mouvement, traces de notre être.


L'eau murmure de vous à moi, et de moi à vous. 
Et de nous deux, à tous ceux qui voguent sur l'étang.


La séparation est une illusion. 
Nous sommes des parties du tout reliées les unes aux autres. 
Nous sommes un étang chargé de mouvements et de mémoires. 
Notre réalité est plus grande que vous et moi, plus grande que tous les vaisseaux qui voguent sur l'eau, plus grande que toute l'eau sur laquelle ils voguent.

Ervin Laszlo