Sélection du message

« Contact avec des Mantes Religieuses Stellaires » avec Elisabeth de Cal...

Des témoignages recueillis, et une synthèse proposée par Élisabeth de Caligny, un sujet tabou, soit on fuit ou on dénigre, et il s&#...

Affichage des articles dont le libellé est Politique. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Politique. Afficher tous les articles

11 août 2015

Sommes nous gouvernés par des psychopathes ?

Sommes nous gouvernés par des psychopathes ?  

Au regard de l'histoire du monde il y eu de nombreux précédents, les pires comme Hitler, Staline, Mao, les Kmers rouges en sont des exemples assez proches. Bonaparte véritable génie de la politique et de l'état, fut responsable de la mort de millions d'hommes.

La liste est très longue des dirigeants qui, au cours de l'histoire du monde, se sont comportés comme de petits ou de grands psychopathes, alors qu'au début de leur carrière ils se présentaient comme des sauveurs. 

La réelle question est "le pouvoir sur l'autre", pourquoi vouloir le pouvoir

Qu'est ce qui fait qu'un être souhaite diriger un autre, contrôler un système familial-professionnel-politique quel qu'en soit la dimension, la problématique reste la même, seules les conséquences diffèrent.

Et si le contrôlant, le leader, agissait par réflexe en réponse à ses propre peurs ?

Alors faut il se poser la question, l'ambition du pouvoir est elle un signe de psychopathie ? 


C.R.



La méthode du psychopathe

Traduction : sott.net

Au fil des millénaires, les êtres humains ont été domestiqués comme du bétail par des prédateurs parasites insidieux et sans pitié qui se meuvent parmi nous avec aisance. Leur nature prédatrice a été largement édulcorée et camouflée par des siècles de tolérance réticente et d'acceptation lâche de notre part. Presque toutes nos grandes idées institutionnelles ont été adaptées, perverties, corrompues et même radicalement transformées en environnements qui favorisent considérablement leurs méthodes et leurs tactiques.

Économie, gouvernance, enseignement, assistance sociale et santé ne sont désormais guère plus que les façades de leurs idéaux d'origine, gorgées de processus de prise au piège, d'exploitation et de frustration du potentiel qui fonctionnent uniquement pour rendre les prédateurs qui les contrôlent encore plus riches et plus puissants.

De nos jours, grâce à l'attention portée par nombre de chercheurs, ces prédateurs sont mis à découvert et décrits sous le terme de « psychopathes accomplis » - ils composent la majorité des 5 % de l'humanité qui sont parvenus à éviter d'être cliniquement diagnostiqués et n'ont pas été appréhendés lors d'activités criminelles et immorales puis internés.

Les « méthodes » du psychopathe sont simples et deviennent aisément observables lorsqu'on finit par apprendre à distinguer « la forêt dissimulée par l'arbre » et que l'on découvre que nombre de nos « certitudes » sociales et économiques primordiales sont en réalité les artéfacts évolutionnaires résultant de l'influence que les psychopathes exercent sur nos cultures et nos sociétés depuis des millénaires.

Ils nous ont raconté que, tel du bétail, nous avons besoin de leurs enclos (contrôle) et de leurs rondes (surveillance) pour nous protéger des loups (ou des terroristes) qui allaient venir nous décimer nous et nos petits, que le monde est un terrible endroit hostile et que la vie est remplie d'ennemis - une prophétie autoréalisatrice lorsque les sociétés et les cultures sont gouvernées par les psychopathes. Leurs mesures servent en réalité à nous mettre sur la défensive, à nous rendre terrorisés et si aisément influençables qu'au final la peur nous infantilisera intellectuellement, nous divisera et nous rassemblera tel du bétail en vue d'un contrôle et d'une exploitation plus complets et systématiques.

Au niveau cognitif, le psychopathe opère à partir de ce que le lauréat du Prix Nobel d'économie Daniel Kahneman a surnommé le « système 1 » ou pensée rapide, un modèle cognitif en place dans la petite enfance dont les processus se situent essentiellement au sein du système limbique, se fondent sur les souvenirs et sont contrôlés par les émotions. Amplifié par essais et erreurs, ce type de pensée primitive « rapide et grossière » est idéal pour opérer dans des environnements chaotiques et conflictuels, tels sur un champ de bataille ou dans des jeux vidéos.

A contrario, le « système 2 », ou pensée lente, est rationnel, prévenant et logique ; étant donc à la fois analytique et constructif, il nécessite du temps. Les processus cognitifs du « système 2 » ont lieu essentiellement dans le cortex, dans les régions des fonctions cérébrales supérieures et lorsqu'il est pleinement évolué, il utilise ces dernières qui ne sont acquises que par la recherche de relations mutuellement bénéfiques avec les autres et l'environnement. Ce type de pensée supérieure lente et empathique est idéal pour gérer les relations, la créativité et la complexité.