Sélection du message

Le pardon et les jeux de rôle bourreau/victime

Pardonner, n'est ce pas là le plus beau cadeau que l'on puisse offrir à l'autre et à sois pour avancer dans c...

Affichage des articles dont le libellé est Santé SIDA. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Santé SIDA. Afficher tous les articles

5 octobre 2015

Dr Hamer: le Sida c'est l'allergie au smegma



Le SIDA Version imprimable Suggérer par mail

Extrait du livre AIDS (die Krankheit die es gar nicht gibt)
du Dr. RG Hamer
©&® Dr. Med. Mag. Theol. Ryke Geerd Hamer
 Le SIDA (la maladie qui n’existe pas)
Une ALLERGIE AU SMEGMA
En 1983, deux chercheurs, Montagnier et Gallo, ont mis au point un test totalement inepte en soi, parce que ne révélant qu’une réaction antigène (anticorps, comme dans le rhume des foins, l’allergie alimentaire, etc.), ici une allergie au smegma.
Ils ont découvert, dans des réserves de sang, des anticorps au smegma qu’ils ont appelé HIV (virus du déficit immunitaire humain). Ce n’est qu’une tromperie, car jusqu’à présent, personne n’a jamais pu véritablement isoler un virus. Toujours est-il que, cette découverte a donné naissance à la prétendue «maladie» du SIDA, en français: «Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise», alors qu’en réalité, il ne s’agit que d’une allergie au smegma, totalement inoffensive, comparable à une allergie aux oranges ou au foin. Allergie qui apparaît comme rail secondaire d’un DHS dans lequel le smegma se trouve impliqué.
Une précision:
En terme de dépistage, le test du SIDA n’est soumis à aucun laboratoire d’État indépendant, c'est-à-dire qu’il n’y a aucun contrôle. Tous sont sous la coupe d’une certaine “caste” religieuse, dont les protagonistes se chargent bien d’exclure les non-initiés. Ainsi, il est aisé de déclarer systématiquement un HIV positif à tout individu non circoncis. Il n’y a pas plus de contrôle objectif, qu’anonyme, car avec le test HIV on détermine aussi bien l’ensemble des groupes et des sous-groupes sanguins, que les tests d’ADN. Le contrôle est total !

Revenons à notre sujet : il faut savoir que le smegma est produit par le prépuce du pénis. Les cellules productrices de smegma sont endodermiques, c'est-à-dire des dérivés archaïques des cellules intestinales. Le sens biologique du smegma est de lubrifier le pénis afin de faciliter la pénétration dans le vagin.
Appartenant au prépuce, les terminaisons nerveuses de la partie inférieure du pénis frottent directement le clitoris à l’entrée du vagin lors du rapport par l’arrière (comme c’est la norme biologique, voir chevaux, taureaux, chiens…), le sentiment sexuel du plaisir qui provoque la jouissance sexuelle simultanée chez l’homme et chez la femme trouvant son point culminant dans l’orgasme simultané suivit de son apaisement (l’éjaculation de l’homme, ainsi que l’orgasme vaginal profond et clitoridien superficiel de la femme) (crise épileptique + crise épileptoïde).

En cas de circoncision, il n’y a pas de smegma en raison de l’ablation de la totalité du prépuce et de son réseau nerveux, le gland reste pratiquement toujours sec. De plus, cette ablation du réseau nerveux sous le pénis, fait que l’homme est castré au niveau sensoriel. C'est-à-dire que ses sensations sont extrêmement réduites lors du rapport sexuel.

En revanche, les circoncis ne pourront jamais être positifs HIV car ils ne connaissent pas l’odeur typique du smegma tant qu’ils ont des rapports entre eux. (De la même manière qu’une personne qui ne connaît pas le foin ne peut pas non plus avoir d’allergie au foin. Car le pénis d’un circoncis ne produit plus de smegma).

12 décembre 2014

Robert Vachy – L’Amovir : La molécule miracle, tueuse de virus




 Le vendredi 26 septembre 2014, Capital.fr a publié une enquête à propos de Robert Vachy. Cet homme, retraité de l’industrie pharmaceutique est en combat continu avec les grands laboratoires qui refusent son remède miracle contre le virus du SIDA. 

L’Amovir, la molécule miracle, tueuse de virus enveloppé


2 septembre 2014

Bientôt un vaccin contre le VIH, bonne nouvelle ?



Afrique, continent décimé par le SIDA, alors que le Pr Montagnier, lors d'un voyage en Afrique du Sud, expliquait que pour se protéger du VIH (Sida), il suffit de renforcer sont système immunitaire, avec une hygiène de vie correcte et une alimentation équilibrée, (voir vidéo), il dénonce aussi les recherches coûteuses liées à un vaccin, alors qu'une politique gouvernementale d'hygiène de vie coûterait beaucoup moins cher, surtout en Afrique, et protégerait aussi contre les autres maladies.

Depuis, la fabrication d'un vaccin avance, un nouveau vaccin vient d'être mis au point chez les singes, mais, avec pour principe "de bloquer le système immunitaire"... imaginez un peu les conséquences à long terme d'une telle injection sur les autres virus, et la dépendance à l'univers vaccinal des populations, mais ... il y aura bien sûr d'autres vaccins...C.R.


29 juillet 2014

Pr Joyeux: Pourquoi je dis « NON » au “don du sang pour tous”


Je suis chirurgien du cancer et plus largement de maladies qui peuvent conduire au cancer. Depuis 1972, j'ai opéré de milliers de patients.

Cela veut dire aussi que, de même que mes collègues, j'opère des patients chez lesquels je peux être amené à prescrire, avec les réanimateurs, une transfusion sanguine, avant, pendant ou après l'intervention chirurgicale parce que l'acte opératoire ou l'état du malade nous l'impose.

Par exemple, il arrive que le taux d'hémoglobine (Hb) dans le sang soit inférieur ou égal à 7, alors que le taux normal est au moins de 12. Il faut alors transfuser pour rétablir un meilleur taux d'Hb. Sans quoi l'anémie est trop forte, le patient va mal cicatriser, ou mal supporter les soins dont il a besoin.

Évidemment, le sang transfusé provient le plus souvent de plusieurs donneurs compatibles par leur groupe sanguin (A, B, AB ou O et Rhésus positif ou négatif) avec le receveur. C'est la même démarche qui est faite en transplantation d'organes où une compatibilité sanguine est nécessaire.

Même aujourd'hui, la transfusion sanguine n'est pas sûre à 100 %

 

29 juin 2013

Jean Luc Montagnier : le SIDA peut se guérir sans traitement allopathique (vidéo)

A la question d’un journaliste « si l’on possède un bon système immunitaire naturel est-il possible de guérir du sida, » Luc Montagnier répond « oui », c’est une question d’ « hygiène » et de « nutrition » affirme-t-il.

Montagnier et la téléportation quantique de l’ADN

Le Dr Luc Montagnier et cinq autres chercheurs ont publié un document intitulé “DNA waves and water” (http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1012/1012.5166v1.pdf) dont je vous propose la traduction suivante de l’abstract: Certaines séquences bactérienne et d’ADN virale induisent des ondes électromagnétiques de basse fréquence dans des hautes dilution aqueuses. Ce phénomène semble être démarré par le bruit de fond électromagnétique ambiant à très basse fréquence. Nous interprétons ce phénomène dans le cadre de la théorie quantique des champs. Le phénomène concerné pourrait permettre de développer des systèmes de détection extrêmement sensibles pour les infections chroniques bactérienne et virales (1).

7 mai 2013

VIH où est tu ?

SIDA : LE VIH N'EST RIEN, LE TERRAIN EST TOUT


> - Si vous avez un bon système immunitaire, votre corps peut-il naturellement se débarrasser du VIH ?

- Oui.

> - Si vous prenez un Africain pauvre, qui a été infecté, et si vous renforcez ses défenses immunitaires, pensez-vous qu’il soit possible de le débarrasser du VIH ? 

- Oui.

Existe-t-il des moyens simples, naturels, plus efficaces et moins chers que les antirétroviraux ou qu’un hypothétique vaccin pour lutter contre le Sida ?

- Oui.

Je vous vois déjà sursauter sur votre chaise en lisant ces lignes.


 Elles résument pourtant une interview donnée il y a 5 ans par le Pr Luc Montagnier à un journaliste africain lors d’un passage à Abidjan. Une interview évidemment non reprise par les grands médias. 


27 janvier 2013

L'imposture scientifique du sida ('vidéo)


Dr Étienne De Harven
Pr d'Anatomopathologie

Voir le SIDA autrement :

"Il est humain de se tromper, mais diabolique de persévérer dans l'erreur"

Le sida est un scandale médical totalement emblématique de notre époque, tant par le tapage médiatique dont ce syndrome est l'objet que par les conséquences dramatiques de la mauvaise interprétation des phénomènes de déficience immunitaire. 

Parmi les milliers de chercheurs qui travaillent sans relâche sur ce virus, aucun n'est jamais parvenu à l'isoler "sur un malade !"

 Et pendant ce temps, les autorités continuent de matraquer l'opinion publique avec des statistiques alarmistes. 

Étienne DE HARVEN est docteur en médecine. Il est également membre du Comité consultatif sur le SIDA du Président de la République Sud Africaine. Derrière lui une brillante carrière dans lʼutilisation du Microscopie Electronique pour étudier les rétrovirus depuis les années 50. Son travail, qui fut "anatamo- pathologiste" et "microscopiste électronicien", lʼa amené au Sloan Kettering Institute à New-York et à lʼUniversité de Toronto. 


1 janvier 2013

Luc Montagnier, découvreur du VIH consacre soudainement sa vie à l'eau



Rêve d'une humanité prenant conscience de ses capacités naturelles



Conformément aux prédictions du professeur Luc Montagnier (prix nobel de médecine 2008), une dizaine d'années seulement après son expatriation "volontaire" à Shangaï, son équipe découvre une solution simple et efficace pour permettre aux personnes séropositives de vivre sans subir les menaces du sida. Le premier pas constitue une avancée technique remarquable: de l'eau. Une simple eau "programmée" pour donner une nouvelle mémoire aux cellules atteintes par le virus, une mémoire ne donnant plus aucune accroche aux multiples maladies caractéristiques de cet immunovirus. 

En étudiant la mémoire de l'eau le Pr Luc Montagnier est en train de réécrire l'histoire du VIH et du SIDA

" on peut se débarrasser du HIV avec des moyens simples et peu couteux"

Dans un précédent article le Pr Luc Montagnier oriente ses recherches sur la mémoire de l'eau, une eau dans laquelle une mémoire est inscrite :

L'absorption quotidienne de cette eau permet aux patients de devenir des porteurs sains. En parallèle, l'hygiène des participants a été suivie: modification des comportements alimentaires, du sommeil et de la vie en société. Sur les conseils du professeurs, les patients devenus végétariens et ayant donné un nouveau sens à leurs rêves par un "ralentissement" de leur vie, ont été invités à cesser le traitement. Trois ans plus tard, leur suivi montre l'action positive de ces évolutions individuelles. La porte vers une médecine du futur? Une médecine rejoignant celle des chamans qui, grâce aux sons de leur voix, reprogramment l'eau des cellules du corps?
Dans cet axe de recherche dans cette interview il préconise la prévention, alimentaire, et hygienique afin de stimuler les défenses immunitaires.


Professeur Luc Montagnier : « on peut se débarrasser du HIV avec des moyens simples et peu couteux « - sous titres en Français. voir la Vidéo ci-dessous